L’enseignement de spécialité au cycle terminal : 4 heures hebdomadaires en classe de Première, 6 heures en Terminale

Élèves concernés ?

L’enseignement de spécialité en éducation musicale au cycle terminal est conçu pour accueillir tous les élèves qui le souhaitent, quels qu’aient été leurs parcours antérieurs (enseignement optionnel de musique en classe de seconde ou non, suivi en parallèle d’une formation musicale hors L’École).

Il n’y a donc ni sélection d’entrée, ni niveau instrumental ou vocal requis. Il n’est pas nécessaire de suivre un cursus au Conservatoire.

Cependant, la pratique est importante dans les projets élaborés. Cet enseignement s’adresse donc à des élèves particulièrement intéressés par ce domaine artistique.

Enjeux et objectifs de cet enseignement ?

L’élève qui fait le choix de cet enseignement de spécialité est amené à réaliser un certain nombre de projets collectifs, qui concernent les domaines de l’écoute, de la recherche, de l’interprétation et de la création.

Il pratique déjà la musique selon certaines modalités (instrumentiste, chanteur, adepte du numérique, auditeur critique…) et dans le cadre d’esthétiques multiples.

Il est invité à dépasser les références qu’il privilégie a priori et à mettre ses compétences et ses savoirs au service d’un plus grand nombre.

Il est également amené à réfléchir sur la musique et sur ses différents aspects dans le monde d’aujourd’hui, à porter un regard informé et critique sur la vie musicale contemporaine et à s’émanciper de la pression constante des industries culturelles comme des représentations sociales qui pèsent sur les goûts de chacun.

Enfin, il est conduit à préciser son projet de formation afin de l’inscrire dans un parcours d’études supérieures ou dans une voie d’insertion professionnelle.

Situations d’étude ?

Au cycle terminal, des situations d’étude sont élaborées par le professeur en concertation avec les élèves autour des dispositions suivantes :

En classe de première et en classe terminale :

  • Réalisation de projets musicaux de création (arrangement, pastiche, improvisation, création, etc.) mobilisant toute la classe ou des petits groupes ;
  • Réalisation de projets musicaux d’interprétation (également à “géométrie variable”) ;
  • Réalisation de projets de médiation issus de recherches documentaires et croisant d’autres domaines de connaissance ;
  • Écoute et analyse d’œuvres ou d’extraits d’œuvres :
    • En classe de première : analyse auditive des œuvres ;
    • En classe terminale : approfondissement de l’analyse à l’aide des partitions et d’autres représentations graphiques ; première approche des conceptions théoriques de la musique adossée conjointement à l’écoute et à la partition et développement d’un vocabulaire spécifique;
  • Recherches en ligne par l’écoute grâce aux sites de streaming au bénéfice du traitement d’une problématique ;

En classe terminale :

  • Réalisation d’un projet musical documenté associant pratique musicale, recherche documentaire et ouvrant sur la place et les apports de la culture artistique et de la pratique musicale dans le projet d’étude supérieure envisagé ;
  • Étude de cas relevant de la sociologie et de l’économie de la musique ; informations sur les métiers liés à l’économie de la musique, du spectacle vivant à la diffusion.

Champs de questionnement ?

Trois champs de questionnement sont déclinés en thématiques pouvant permettre de circonscrire une problématique de travail :

  • Le son, la musique, l’espace et le temps
    • La musique, un art du temps ;
    • La forme : principes et éléments du discours musical ;
    • Musique et texte ;
    • Musique et image ;
    • Musique et récit ;
    • Musique, théâtre, mouvement et scène ;
    • Musique et esthétique ;
    • Musique, son et acoustique ;
    • Musique, son et algorithme ;
    • Musique, proportions et modèles scientifiques ;
    • Musique et numérique ;
    • Musique, architecture, paysage.
  • La musique, l’homme et la société
    • Musicien : créateur, interprète, arrangeur, auditeur, mélomane ;
    • Musique vivante vs musique enregistrée ;
    • Droit et économie de la musique ;
    • Pratiques musicales contemporaines ;
    • Transmettre la musique : médiations musicales ;
    • Musique et santé.
  • Culture musicale et artistique dans l’histoire et la géographie
    • Variants et invariants du langage musical ;
    • Mondialisation culturelle : diversité, relativité et nouvelles esthétiques;
    • Supports de la musique : mémoire, écriture, enregistrement, etc. ;
    • Authenticité vs recréation ;
    • Musique : témoin et acteur de l’histoire.

En classe de première, quatre thématiques au moins couvrant les trois champs de questionnement sont arrêtés par le professeur au cours de l’année scolaire. Chacune d’entre elles engage les élèves à élaborer progressivement une problématique de travail. Elles peuvent se recouper, s’enrichir les unes les autres, voire fusionner dans une interrogation nouvelle issue des travaux menés.

En classe terminale, trois thématiques au moins, couvrant les trois champs de questionnement, sont choisies par le professeur en concertation avec les élèves. Elles sont étudiées dans les mêmes conditions qu’en classe de première mais profitent d’une plus grande diversité de situations susceptibles de les éclairer. Une quatrième thématique, cette fois choisie par chaque élève en lien avec son autre spécialité, est l’objet d’un travail approfondi mené parfois en groupe et accompagné par le professeur. Elle est le support principal d’un projet qui peut être présenté à l’occasion du grand oral du baccalauréat. Ce projet particulier se nourrit des thématiques étudiées en classe de première.

En vue de l’épreuve terminale du baccalauréat, un programme national est publié au bulletin officiel de l’Éducation nationale. Il est renouvelable pour partie chaque année. Il est enrichi de l’écoute et de l’étude de nombreuses autres pièces, le choix de certaines d’entre elles tirant parti des programmations prévues dans les structures de diffusion de l’environnement proche. Allié aux compétences pratiques développées tout au long du cycle terminal, cet ensemble permet au candidat de satisfaire les différents attendus de l’épreuve.

Champs des compétences travaillées

En classe de première et en classe terminale

  • Projets musicaux :
    • Maîtriser les techniques nécessaires à la conduite des projets musicaux d’interprétation collective ou de création, d’improvisation ou d’arrangement, qu’ils mobilisent la voix, l’instrument et/ou un instrumentarium numérique ;
    • Développer son autonomie musicale par la maîtrise d’une méthodologie adaptée à la réalisation de projets.
  • Écoute / culture :
    • Développer une écoute comparée, analytique et critique des œuvres écoutées et jouées permettant d’élaborer un commentaire argumenté ; construire une culture musicale et artistique diversifiée et organisée ;
    • Identifier les relations qu’entretient la musique avec les autres domaines de la création et du savoir : sciences, sciences humaines, autres arts, etc.
  • Méthodologie :
    • Élaborer une problématique issue d’un champ de questionnement et conduire une recherche documentaire permettant de l’éclairer ;
    • Construire et présenter oralement une argumentation sur une interprétation, une œuvre, une production, etc. et participer à un débat contradictoire ;
    • Rédiger de façon claire et ordonnée les commentaires d’écoute ; synthétiser à l’écrit les termes d’un argumentaire sur une problématique donnée.

Champs des compétences complémentaires en classe terminale :

  • Champs :
    • Faire un usage approprié de partitions et représentations graphiques des œuvres étudiées pour interroger les éléments techniques qu’elles révèlent ;
    • Situer sa pratique, ses goûts musicaux mais aussi ses projets de formation supérieure par rapport aux filières d’études et au contexte économique, social, professionnel de la musique dans la société contemporaine.

Attendus de fin d’année et de fin de cycle ?

Au terme de chacune des deux années du cycle, les attendus sont :

  • Maîtriser les techniques nécessaires à la conduite des projets musicaux ;
  • Développer une écoute comparée, analytique et critique permettant d’élaborer un commentaire argumenté ; construire une culture musicale et artistique diversifiée et organisée ;
  • Mobiliser ses savoirs techniques et culturels sur la musique pour une approche critique de la musique écoutée et jouée ;
  • Développer son autonomie musicale par la maîtrise d’une méthodologie adaptée à la réalisation des projets mis en œuvre comme à la poursuite d’une recherche ou d’une étude particulière ;
  • Respecter ses propres capacités auditives comme celles de son entourage;
  • En classe terminale, situer sa pratique et ses goûts musicaux dans le contexte économique, social, professionnel de la musique dans la société occidentale contemporaine.

Évaluation ?

L’évaluation s’effectue par contrôle continu (qui compte pour 40% de la note finale globale) et par un examen écrit et oral.